Billet de blog

Maîtrisez-vous les bases du CV?

On vous l’a sûrement souvent répété : faites en sorte que votre CV sorte du lot. Un excellent conseil, certes, mais qui n’est pas sans risque. Si vous abusez des fioritures au point d’oublier les éléments essentiels, on ne retiendra finalement que vos lacunes. Veillez donc à inclure tous les fondamentaux sur votre CV.

Un visage sur un nom

Premier point : la photo. N’hésitez pas à l’apposer en haut de votre CV. Vous n’avez rien d’une Claudia Schiffer ou d’un Justin Timberlake ? Pas de panique : l’objectif n’est pas de séduire, mais d’associer un visage à un nom.

Un recruteur retiendra votre expérience professionnelle et vos compétences grâce à votre visage. Si vous êtes amené à le rencontrer par la suite pour un entretien d’embauche, vous lui serez d’emblée familier. De nos jours, le visage a un pouvoir incroyable : people buy people.

Vous avez peur de ne pas trouver la photo idéale ? Tant qu’elle véhicule une image professionnelle et aimable de vous, vous n’avez rien à craindre. Cherchez une photo qui vous représente tel que vous êtes lors d’un entretien d’embauche ou d’un premier jour de travail. Vous aurez tout bon… sauf si vous allez travailler en maillot ou en robe de soirée, bien sûr.

L’objectif n’est pas de séduire, mais d’associer un visage à un nom.

curicculum vitae
production

Les coordonnées : des informations cruciales

De nombreux candidats dressent une longue liste d’informations à caractère personnel. C’est compréhensible, dans la mesure où il s’agit d’informations « sûres ». Impossible de se tromper sur son état civil ou sa nationalité. Mais ces renseignements sont rarement nécessaires. Mieux vaut donc passer les informations inutiles sous silence. Sachez qu’un recruteur parcourt un CV en quelques secondes. Vous avez tout intérêt à ce qu’il s’attarde sur votre expérience professionnelle plutôt que sur votre lieu de naissance.

Souvent omises, les coordonnées sont pourtant des informations cruciales. Il arrive qu’un recruteur ne voie que votre CV et/ou votre lettre de motivation. Ne vous contentez donc pas de l’adresse postale mentionnée sur l’enveloppe ou de l’adresse e-mail de laquelle vous avez envoyé votre candidature. Indiquez toujours vos coordonnées bien en vue. Cela vous évitera d’attendre un coup de téléphone en vain.

Vous avez un compte sur LinkedIn ? Ajoutez un lien vers votre profil. Vous fournirez ainsi une option de contact supplémentaire.

Un recruteur parcourt un CV en quelques secondes. Vous avez tout intérêt à ce qu’il s’attarde sur votre expérience professionnelle plutôt que sur votre lieu de naissance.

Quelles expériences professionnelles ?

Votre expérience professionnelle constitue la partie la plus importante de votre curriculum vitae. Il est toutefois inutile d’énumérer l’ensemble de vos jobs d’étudiant. Limitez votre CV à une page, voire deux.

Vous y parviendrez facilement si vous n’avez occupé que quelques postes. Vous avez des dizaines d’années d’expérience ? Dans ce cas, demandez-vous quelles fonctions vous pourriez supprimer ou regrouper. Condensez par exemple trois fonctions chez un même employeur en une seule ligne. Pensez « pertinence » et « actualité ». Ces deux critères vont d’ailleurs de pair : plus votre expérience professionnelle date, moins elle est pertinente.

L’inverse s’applique généralement à votre expérience professionnelle la plus récente. Vérifiez régulièrement que votre CV est à jour et s’il n’y manque pas l’un ou l’autre projet intéressant.

L’art de la concision

Formations, connaissances linguistiques, bénévolat : que mentionner ? Là encore, une règle d’or : soyez concis ! Le recruteur ne lira probablement pas une liste de dix cours tous azimuts. Par contre, l’inventaire de trois formations pertinentes sera beaucoup plus convaincant. Réservez plutôt les informations complémentaires à votre lettre de motivation et votre profil LinkedIn.

En résumé ? Indiquez clairement au recruteur à qui il a affaire, pourquoi il a intérêt à vous proposer un entretien d’embauche et comment il peut vous y convier. Votre mot d’ordre : less is more, avec la pertinence en guise de fil rouge.